Voir le médecinIVF
Donation programmes

Les programmes de don

Le don de sperme en cas d’infertilité masculine se pratique depuis plus de 100 ans. Par contre, le don d’ovocytes ne se fit possible qu’avec la révolution qui s’en suivit dans le développement des technologies de procréation médicale assistée (ou PMA) à la fin du XX siècle. Aujourd’hui, peuvent devenir parents tous ceux qui y tiennent grâce à des programmes de don variés souvent associés à une maternité de substitution. Notre clinique est spécialisée dans le domaine du traitement de l’infertilité avec participation de partis tiers (le phénomène bien connu de « third party reproduction) et dispose sa propre base de donneurs de sperme et de donneuses d’ovocytes.

L’encadrement légal

Plusieurs Etats européens interdisent soit complétement soit partiellement le don d’ovocytes - ce qui réduit considérablement les chances de succès des programmes de PMA. La majorité des programmes de don se font en Espagne, là où la loi ne les interdit pas.

La Russie est l’un des pays où la loi défend le droit de chaque femme à devenir mère à l’aide de programmes de don indépendamment de son situation conjugale. L’article 35 des principes de la législation sur la santé publique de la Fédération de la Russie statue que « chaque femme majeure de l’âge de fertilité a le droit de se faire inséminer artificiellement et se faire implanter un embryon. L’insémination artificielle aussi bien que l’implantation d’embryon se font dans des établissements médicaux bénéficiant d’une licence de pratique médicale en échange d’un accord écrit émanant des femmes désireuses de procéder à ces pratiques. Les renseignements concernant la fécondation artificielle et l’implantation d’embryon ainsi que l’identité du donneur constituent un secret médical. »

Lors de la réalisation de programmes de reproduction de type PMA, la situation conjugale n’a pas d’importance. En effet, lors de la réalisation de son programme de reproduction, la femme concernée peut endosser le rôle d’un patient célibataire et s’occuper plus tard du problème de paternité. La seule limitation présente est l’âge des patients – la femme en question doit être majeure et ne pas avoir atteint le stade de la monopause. Il va de soi que la législation entend par ce terme l’âge où il est encore possible de donner naissance et de porter un enfant. Les dernières réussites dans le domaine de la PMA ont permis à des femmes d’un âge avancé de devenir mères. En Russie ce succès rend cette limitation plutôt conventionnelle, à la différence d’un bon nombre de pays occidentaux, où est de vigueur un âge limite au-delà duquel les femmes ne peuvent plus faire appel aux services des médecins reproductologues.

Les citoyens de pays étrangers prenant part à des programmes reproductifs avec la participation de donneurs jouissent des mêmes droits que les citoyens russes.

Les donneurs de gamètes mettent leurs gamètes (sperme et ovocytes) à disposition d’autrui afin de surmonter les problèmes de stérilité. Ils ne peuvent cependant prétendre à aucun droit parental et assurer de responsabilités parentales quelconques liées au futur enfant. Pour mettre en place un programme de don, est indispensable l’accord écrit de chacune des parties prenant part au programme. Pour un don d’ovocytes, les médecins ont besoin de l’accord écrit de la donneuse pour effectuer une superovulation et une ponction ovarienne. Le don peut être anonyme quand la banque de données des donneurs de la clinique fournit aux futurs parents une courte description anthropométrique et phénotypique de la donneuse. Le don peut être également le résultat d’un choix individuel, quand les futurs parents amènent à la clinique le donateur qu’ils ont choisi.

Le don d’ovocytes


Peuvent devenir donneuses les personnes suivantes :
•une parente ou une connaissance de la femme désirant devenir mère par GPA;
•des donneuses anonymes de la banque de données de la clinique.

Exigences concernant les donneuses d’ovocytes :


Peuvent devenir donneuses d’ovocytes des femmes:
•dont l’âge est compris entre 20 et 35 ans ;
•ayant déjà eu un enfant en bonne santé;
•ne présentant pas de signes de manifestations phénotypiques ;
•en bonne santé physique

Indications thérapeutiques pour procéder à une FIV avec don d’ovocytes:

• absence d’ovocytes provoquée par une ménopause naturelle, par le syndrome d’épuisement précoce des ovaires, comme conséquence d’une ovariectomie, d’une radio- et chimiothérapie ou due à des anomalies de développement (diagenèse des gonades, syndrome de Turner et d’autres);
•manque fonctionnel d’ovaires chez la femme du à des maladies héréditaires contractées par voie sexuelle (hémophilie, myodystrophie de Duchenne, ichthyose liée au chromosome X, maladie de charcot-marie-tooth, etc.)
•Echecs répétitifs de la FIV dû à une réaction insuffisante des ovaires après avoir tenté de déclencher une superovulation ou à une conception d’embryons en mauvais état dont le transfert n’a pas abouti à une grossesse.

Les contre-indications à la FIV avec don d’ovocytes:

•les maladies somatiques et psychiques, qui peuvent porter atteinte à la gestation de la grossesse ainsi qu’à l’accouchement ;
•les déficiences innées de développement ou malformations de l’utérus, qui rendent impossible l’implantation d’embryons et la gestation de grossesse
•les tumeurs ovariennes;
•les tumeurs bénignes de l’utérus qui exigent un traitement opérationnel;
•les maladies inflammatoires localisées ;
•les tumeurs malignes localisées, y compris l’anamnèse.

Les examens à passer pour devenir donneuse d’ovocytes sont:

•la détermination du groupe sanguin et du rhésus facteur;
• un examen et un bilan de santé réalisé par le médecin généraliste démontrant l’absence de contre-indications à l’intervention chirurgicale (valables un an) ;
•un examen et l’avis du psychiatre (valable tout le temps);
•un examen génético-médical, clinico-généalogique, un caryogramme et d’autres examens possibles •un examen gynécologique (avant chaque tentative d’induction de superovulation);
•une analyse d’urine (avant chaque tentative d’induction de superovulation);
•une échographie (valable un an);
•une radiographie pulmonaire (valable un an);
•une analyse clinique et biochimique du sang ainsi qu’une analyse de coagulabilité du sang avant chaque tentative d’induction de superovulation;
•un test dépistage (syphilis, HIV, hépatites B et C) valable 3 mois ;
•un frottis urétral et cervical et évaluation de la propreté du vagin (avant chaque tentative d’induction de superovulation);
•dépistage des infections : blennorragie, chlamydia, l’herpès génital, uréaplasma, mycoplasma, cytomégalie (valable 6 mois);
•examen cytologique par frottis du col de l’utérus.

Examens à passer pour receveuses :


Pour la femme (obligatoire) :
•un examen gynécologique général et complet;
•une échographie du petit bassin;
•la détermination du groupe sanguin et du rhésus facteur;
•une analyse sanguine clinique incluant le temps de coagulabilité du sang (valable un mois);
•dépistage de la syphilis, du HIV, de l’hépatite B et C (valable 3 mois);
•examen de la flore urétale et cervicale et évaluation de l’état de propreté du vagin (avant chaque tentative d’induction de superovulation);
•l’avis du généraliste sur son état de la santé et son consentement pour une gestation de grossesse.

Sur indications thérapeutiques :
•examen de l’utérus et des trompes de Fallope (l’hystérosalpingographie et la laparoscopie);
•biopsie endométriale;
•examen bactériologique de l’urètre et de la chaîne cervicale;
Examen cytologique de frottis du col de l’utérus
•examen cervical;
•analyses de sang (FSH, LH, Е_2, prolactine, T, Cortisol, P, Т_3, Т_4, la thyréostimuline (TSH), somatropine);
•dépistage des anticorps anti-spermes et anti-phospholipides;
•l’examen bactériologique (chlamydia, uro- et mycoplasma, herpès, cytomégalie, toxoplasmose, roséole);
•bilans de santé d’autres spécialistes (par indications).

Pour les hommes (obligatoire):
•dépistage de la Syphilis, du HIV, de l’hépatite B et C (valable 3 mois);
•spermogramme.

Sur indications thérapeutiques:
•détermination du rhésus facteur;
•consultation chez l’andrologue;
•examen infectieux (chlamydia, uro- et mycoplasmosis, herpès, cytomégalie);

Les différentes étapes du programme de don d’ovocytes:

•choix de la donneuse d’ovocytes;
•synchronisation des cycles menstruels de la patiente et de la donneuse d’ovocytes;
•induction de la superovulation de la donneuse;
•monitorage de la folliculogénèse et du développement de l’endomètre;
•ponction des follicules des ovaires;
•prélèvement de sperme;
•fécondation des ovocytes de la donneuse et culture des embryons in vitro;
•transfert d’embryons dans la cavité utérine de la patiente;
•soutien hormonal de la phase lutéal e lors de la stimulation du cycle menstruel;
•diagnostique d’accouchement prématuré;
•prise en charge de la grossesse de la patiente.

Le choix de la donneuse d’ovocytes

La clinique dispose de sa propre banque de donneuse d’ovocytes ayant déjà passé les examens médicaux obligatoires conformément aux dispositions de l’ordre 67 du ministère de la santé de la Fédération de la Russie. Toutes les candidates ont été approuvées par les spécialistes et sont prêtes à prendre part dans des programmes de don d’ovocytes. Il n’y a pas de liste d’attente. Nous pouvons débuter votre programme de don d’ovocytes tout de suite. Parfois, les patients préfèrent que leurs proches ou amies soient les donneuses d’ovocytes.

La synchronisation des cycles menstruels de la patiente et de la donneuse d’ovocytes.

Les cycles sont synchronisés afin d’effectuer le premier essai de transfert d’embryons frais (sans cryoconservation) – ce qui permet d’augmenter les chances d’arriver à une grossesse dès la première tentative. Parfois, en fonction des indications, les médecins recommandent d’entamer un programme de donation avec une mère porteuse synchronisée à la patiente et la donneuse d’ovocytes. Bien que ce type de programmes soit plus compliqué d’un point de vue technique, il augmente considérablement les taux de succès.

L’induction de la superovulation de la donneuse

Afin d’augmenter les chances de fécondation, les donneuses prennent des médicaments hormonaux qui stimulent la folliculogénèse. Grâce à ces médicaments, les ovaires de la femme ne produisent pas un ovule, mais bien plusieurs. Seuls les médicaments enregistrés officiellement en territoire russe sont prescrits pour la stimulation ovarienne. Le choix du mode de stimulation ovarienne, des médicaments en cours d’utilisation, la correction des doses et les changements amenés au protocole d’induction sont réalisés par le médecin de la clinique sur une base individuelle et en fonction des indications médicales.

En règle générale, la stimulation se produit à partir du deuxième/troisième jour de cycle menstruel et dure 10-12 jours (protocole court). Sinon, elle peut commencer à partir du 21ème jour du cylce menstruel (protocole long). Les groupes suivants de médicaments sont habituellement utilisés lors de la stimulation : les modulateurs sélectifs du récepteur des estrogènes (SERM); les gonadotrophines (gonadotrophine ménopausique (HMG), hormone folliculostimulante (FSH), la FSH recombinante, l'hormone lutéinisante recombinante (r-hLH), la choriogonadotropine (HCG)); les agonistes de la « gonadotropin-releasing hormone » (a-GnRH); les antagonistes de la « gonadotropin-releasing hormone » (ante-GnRH).

Le monitorage de la folliculogénèse et du développement de l’endomètre

Lors de la stimulation, les médecins réalisent un monitorage ultrason et hormonal régulier. Cette procédure permet d’évaluer la réaction des ovaires à la stimulation, de définir le nombre de follicules, leur taux de croissance, de corriger le mode de stimulation en cas de besoin et de choisir le moment optimal pour injecter lehCG – le médicament qui mène à la maturation définitive des ovules.

L’échographie est la méthode principale de contrôle dynamique du développement des follicules et de l’endomètre lors de la période de la stimulation. L’échographie permet de définir le nombre de follicules chez la donneuse, mesurer leur diamètre (se basant sur la somme des deux dimensions) et déterminer l’épaisseur de l’endomètre de la patiente.

Le monitoring hormonal est mené afin d’estimer la concentration d’estradiole (Е_2) et de progestérone dans le sang et compléte les résultats de l’échographie ayant fourni le degré de maturité des follicules.

Critères indiquant la fin de la superovulation et la prescription de la Hcg

On admet qu’un follicule est à maturité quand il a atteint 17 mm de diamètre. On mesure également l’épaisseur de l’endomètre qui doit atteindre au moins 8 mm. L’activitié de la stéroïdogenèse permet également de mesurer la maturité des follicules.

La ponction des follicules et le prélèvement des ovocytes

La ponction des follicules des ovaires et le prélèvement des ovocytes se font entre 32 et 40 heures après l’injection de l’hormone de grossesse hCG. L’opération est effectuée dans une salle d’opération réservée à l’activité ambulatoire. Chaque client est anesthésié par voie intraveineuse. Habituellement cette opération a lieu sous contrôle ultrason, par voie transvaginale. On pratique l’opération à l’aide d’aiguilles de ponction. Dans les cas où il est impossible d’effectuer la ponction transvaginale (lors d’un cas inhabituel de position des ovaires), les ovocytes peuvent être prélevés par laparoscopie. La ponction ne dure pas plus de 15-20 minutes et ne présente pas de risques pour la santé de la patiente. Après l’opération, la donneuse reste 1.30 /2.00h dans une chambre de réveil sous la surveillance du personnel de la clinique. Après sa convalescence, la donneuse peut rentrer chez elle.

Enregistrement-don de sperme pour la mise en place d’une FIV

Dans le cadre des programmes de FIV c’est le sperme du mari ou du donneur qui est utilisé. Le recueil nécessite un délai d’abstinence sexuelle (absence d’éjaculation) de 3 à 5 jours.

Le prélèvement se fait au laboratoire dans une pièce réservée à cet effet. L’échantillon de sperme peut être congelé et conservé dans la cryobanque de la clinique afin d’être utilisé plus tard.

Fécondation des ovocytes et culture in vitro des embryons

Le liquide folliculaire prélevé lors de la ponction des ovaires est placée dans une boîte de Petri. Le liquide aspiré est ensuite observé sous microscope stéréoscopique afin d’évaluer la qualité des ovocytes prélevés. Après quoi les ovocytes sont placés en milieu de culture. La boîte avec les ovocytes est placée dans un incubateur reproduisant les conditions de milieu propres à l’utérus.

Les spermatozoïdes, qu’ils soient natifs ou cryoconservés, sont lavés et débarrassés du liquide séminal avant d’être utilisés. La fraction des spermatozoïdes morphologiquement satisfaisants et plus vifs sont séparés des autres spermatozoïdes. Aujourd’hui, il existe 2 techniques principales de traitement du sperme : la technique de filtration centrifuge et la technique de centrifugation en gradient de densité.

Dans le cas où la qualité du sperme n’est pas satisfaisante, les médecins recommandent d’effectuer une ICSI (injection intracytoplasmique de spermatozoïdes par un manipulateur spécial) qui permet de féconder l’ovocyte même s’il y a peu de spermatozoïdes viables.

Habituellement, le stade de fécondation des ovocytes peut être évalué entre 12 et 18 heures après la procédure, quand le pronucléus mâle et le pronucléus femelle sont bien visibles. Les zygotes sont ensuite placés dans un milieu de culture frais où commence le stade initial de développement des embryons. Les embryons sont cultivés dans un incubateur spécial pendant 2 à 5 jours.

Le transfert d’embryons dans la cavité utérine de la patiente

Le transfert d’embryons dans la cavité utérine peut être effectué à différents stades, à celui du zygote comme au stade du blastocyste, qui commence à partir du 5ième/6ième jour après la fécondation.

Il n’est pas conseillé d’implanter plus de 3 embryons dans la cavité utérine. Les médecins de notre clinique recommandent de ne transférer que 2 embryons de bonne qualité. Mais si les patients le désirent, nos spécialistes pourront transférer 3 embryons. Cependant, il est à noter que le transfert d’une plus grande quantité d’embryons réduit le pourcentage de chances d’implantation. Les embryons sont transférés par des cathéters spéciaux insérés dans la cavité utérine à travers la chaîne cervicale. Cette procédure est indolore et est effectuée dans un centre ambulatoire.

En cas d’impossibilité de transfert des embryons par la chaîne cervicale, le transfert d’embryon peut être effectué à travers la paroi utérine (transfert trans-myométrial). L’aiguille munie d'un mandrin peut être insérée par voie transvaginale, tranabdominale ou transurétrale. Afin d’augmenter les chances de probabilité d’implantation il est possible de recourir à la technique « assisted hatching » (éclosion assistée), qui consiste à inciser artificiellement l’enveloppe externe de l’embryon avant son transfert dans l’utérus.

Pour augmenter les chances de contraction d’une grossesse, les médecins recommandent à la mère-porteuse de rester à l’hôpital pendant 3/5 jours après le transfert.

Soutien hormonal de la phase lutéale lors de la stimulation du cycle menstruel.

Le soutien hormonal de la phase lutéale du cycle menstruel est effectué par des médicaments tels que la progestérone ou ses analogues. S’il n’y a pas de risques d’l’hyperstimulation des ovaires, peuvent s’associer au soutien de la phase lutéal de cycle des hormones hCG, prescrites le jour du transfert d’embryons et avec un intervalle de 2 à 4 jours selon les cas individuels.

Le diagnostic précoce de grossesse.

La grossesse est diagnostiquée en fonction du taux de B-hCG dans le sang ou dans l’urine 12 ou 14 jours après le transfert d’embryons. L’échographie peut être faite le 21ème jour suivant le transfert d’embryons.

Le suivi de la grossesse

Le déroulement de la grossesse après la FIV a ses particularités. Le suivi de la grossesse doit être personnalisé. Notre clinique est spécialisée en suivi de grossesse du début (conception) jusqu’à la fin (accouchement). Dans notre clinique, vous pouvez commander un suivi de grossesse par semestres ou bien pour toute la durée de la grossesse.

Don de sperme

Le sperme deS donneurs peut être utilisé dans le cadre d’une FIV ou d’une insémination artificielle. Notre clinique autorise l’utilisation d’échantillons de sperme leur ayant étés transmis par d’autres centres médicaux disposant leurs propres banques de donneurs.

L’utilisation du sperme congelé/décongelé du donneur n’est autorisée qu’après réception des résultats négatifs à un dépistage du VIH, de la syphilis et de l’hépatite (renouvelé obligatoirement six mois après don du sperme). L’usage de sperme frais ou congelé permet d’exclure les risques de transmission des maladies sexuellement transmissibles (HIV, syphilis, hépatite B et C et autres) et d’éviter un entretien personnel entre le donneur et la patiente.


Peuvent devenir donneurs de sperme:
•les proches non-anonymes ou connaissances de la femme ou du mari;
•les donneurs anonymes de la banque de données de la clinique.


Exigences requises à l’égard des donneurs de sperme:
•âge compris entre 20 à 40 ans;
•absence de déficiences dans les manifestations organométriques et phénotypiques de type normal.

Conditions à remplir pour la collecte du sperme :

•le volume d’éjaculation doit être de plus d’1 ml;
•la concentration de spermatozoïdes par ml doit être de 80 mln par éjaculation
• taux des formes de mobilité progressive (А+В) > 60%;
•taux de formes morphologiques normales > 60%;
•cryotolérance

Les examens à passer pour devenir donneur de sperme:

•établissement du groupe sanguin et du rhésus facteur;
•check-up et bilan de santé du médecin généraliste (une fois par an) ;
Check-up et bilan de santé du médecin urologue (une fois par an);
•examen et avis du psychiatre (définitif);
•examen génético-médical – examen clinico-généalogique, caryogramme et d’autres paramètres;
•dépistage de la syphilis, du HIV, des hépatites B et C (valable pendant 3 mois);
•test dépistage de la blennorragie, de la chlamydia, de l’herpès génital, de l’uréaplasma, de la mycoplasmose, de la cytomégalie (valable pendant 6 mois);

Indications thérapeutiques pour l’insémination avec don de sperme :


Chez les hommes :
•infertilité masculine;
•problèmes éjaculatoires;
•pronostic médical grave.

Chez les femmes :
•absence de partenaire sexuel.

Contrindications à l’insémination chez la femme:

•maladies somatiques et psychiques qui pouvant porter atteinte à la grossesse;
•malformations pathologies utérines rendant impossible l’implantation d‘embryons ou la grossesse ;
•tumeurs ovariennes ;
•tumeurs malignes de l’utérus localisées;
•maladies inflammatoires localisées;
•maladies inflammatoires aigues ;

Examens à passer pour une femme faisant appel à une donation de sperme en vue d’une FIV ou d’une insémination artificielle:


Sont obligatoires:
•un examen gynécologique complet;
•une échographie des organes de la zone du petit bassin;
•la détermination du groupe sanguin et du rhésus facteur;
•analyse de sang réalisée en clinique comprenant le temps de coagulabilité du sang (valable un mois);
•dépistage de la syphilis, du HIV, de l’hépatite B et C (valable 3 mois);
•prélèvements urétraux et cervicaux au niveau de la flore vaginale (avant chaque tentative d’induction de l’ovulation);
•l’avis du généraliste sur l’état de santé de la patiente et sur sa capacité à mener une grossesse à terme.

Sur indications thérapeutiques:

•examen de l’utérus et des trompes de Fallope (hystérosalpingographie et laparoscopie);
•biopsie endométriale;
•examen bactériologique de l’urètre et de la chaîne cervicale;
•examen de la chaîne cervicale;
•examens sanguins : FSH, LH, Е_2, prolactine, T, Cortisol, P, Т_3, Т_4, thyréostimuline (TSH), somatropine;
•recherche des anticorps anti-spermatozoïdes et anti-phospholipides;
•examen infectieux (la chlamydia, l’uro- et mycoplasmosis, l’herpès, la cytomégalie, la taxoplasmose, la roséole);
•conclusions médicales d’autres spécialistes (sur indications thérapeutiques).

Le don d’embryons

Les patients ayant achevé un programme de FIV, et auxquels il reste des embryons cryoconservés dans la banque de données après naissance de l’enfant peuvent faire don de leurs embryons non-utilisés. Sur la base d’un accord libre et écrit émanant des donneurs, les embryons peuvent être utilisés dans le cadre d’une donation à un couple infertile ou à des femmes non-mariées (receveuses). Peuvent également être utilisés des embryons résultant de la fécondation des ovocytes de la donneuse par le sperme du donneur, proposant ainsi une variante optimale pour nos patients.

Les patients doivent savoir que les chances de réussite sont plus faibles lorsque sont utilisés des embryons cryconservés d’un programme antérieur de FIV que lorsque sont utilisés des embryons conçus grâce aux gamètes du donneur. On dresse un portrait phénotypique aux receveurs.

Les critères de sélection des donneurs d’embryons sont les mêmes que lors de la sélection des donneurs de gamètes pour débuter un programme.

Les couples maritaux décidant de faire don de leurs embryons doivent passer un examen médical en conformité avec les exigences requises à l’égard des donneurs de gamètes.

Indications pour effectuer une FIV avec don d’embryons:

•qualité ovocytaire insuffisante voire nulle ;
• pronostic génético-médical grave ;
•conception répétitive d’embryons de mauvaise qualité dont le transfert n’a pas mené à une grossesse;
•impossibilité de recevoir ou d’utiliser le sperme du mari associée à d’autres facteurs inhibiteurs.

Contre-indications à la mise en place d’une FIV avec don d’embryons:

• maladies somatiques et psychiques contrindiquant une grossesse ;
•malformations congénitales ou déformations acquises de la cavité utérine rendant l’implantation
embryonnaire ou la grossesse impossible ;
•tumeurs ovariennes ;
•tumeurs ovariennes bénignes nécessitant un traitement opérationnel;
•inflammations aigues localisées;
•tumeurs malignes localisées, y compris dans l’anamnèse.

Examens à passer pour les patients:


Chez la femme (obligatoire):
•examen gynécologique complet et approfondi;
•échographie pelvienne (montrant l’anatomie des organes du petit bassin) ;
•détermination du groupe sanguin et du rhésus facteur;
•examen sanguin clinique incluant le temps de coagulabilité du sang (valable un mois);
•dépistage de la syphilis, du HIV, de l’hépatite B et C (valable 3 mois);
•analyse de la flore urétrale et de la chaîne cervicale (avant chaque tentative d’induction de l’ovulation);
•conclusions thérapeutiques du médecin généraliste concernant l’état de santé de la patiente et sa capacité à gérer une grossesse.

Sur indications thérapeutiques:
•examen de l’utérus et des trompes de Fallope (l’hystérosalpingographie et la laparoscopie);
•biopsie endométriale;
•examen bactériologique de l’urètre et de la chaîne cervicale;
•frottis du col de l’utérus;
•examens sanguins : FSH, LH, Е_2, prolactine, T, Cortisol, P, Т_3, Т_4, la thyréostimuline (TSH), somatropine;
•recherche des anticorps anti-spermatozoïdes et anti-phospholipides;
•examens infectieux (chlamydia, uro- et mycoplasmosis, herpès, cytomégalie, taxoplasmose, roséole);
•l’avis d’autres spécialistes (sur indications).

La cryoconservation

Le sperme et les ovocytes ne peuvent être congelés que sur déclaration écrite, autrement dit seulement après consentement éclairé des patients. Le choix de la technique optimale de congélation et de décongélation du sperme est fixé de manière autonome par la clinique. Si le sperme est congelé pour la première fois, il est nécessaire de mettre en place une opération de contrôle de congélation et de décongélation du sperme. Les résultats du test de contrôle sont portés à la connaissance du patient/donneur.

La congélation d‘embryons

Le processus de congélation des embryons est assuré à l’aide d’un congélateur cryogénique programmable ou par vitrification. Le stade de croissance de l’embryon et le type de cryoprotecteur déterminent le programme de cryoconservation à mettre en place.

Les embryons congelés sont conservés dans la cryobanque de la clinique, dans des flacons spéciaux en plastique placés dans de l’azote liquide.

La cryoconservation de matériel biologique recueilli à partir du testicule ou de son appendice.

La matière biologique est congelée s’il elle contient des spermatozoïdes qui seront utilisés dans le cadre d’un programme de FIV-ICS. La procédure de congélation est identique à celle de la congélation du sperme.

Vers le début

Vous allez devenir parents avec notre aide!

Demander une question

Voir le médecin