Voir le médecinIVF
Суррогатное материнство

Maternité de substitution

La maternité de substituion (porteuse) ne cesse de dévenir la tehnique la plus répandue dans le traitement de la stérilité dans le monde entier. Cette méthode consiste en porter l’enfant des patients par une mère porteuse qui donc n’a aucune liaison génétique avec le bébé qu’elle porte. On nomme traditionellement ce type de maternité de substitution, fût disponible dans les années 70 avec la naissance du premier bébé-éprouvette, «la maternité de substitution gestationnelle». L’humanité a déjà vu des milliers d’enfants nés suite au programme de maternité de substitution. Notre clinique est engagé dans ce domaine depuis quelques années et a une grandes experience dans la réalisation des programmes pareils.

L’encadrement légal

Le Fédération de la Russie est l’un des pays heureux où la maternité de substitution est tout à fait autorisée et permise par la loi. Ce domaine est encadré par les lois suivantes: le Code de la Famille de la Fédération de la Russie (Disposition 4 Article 51, Disposition 3 Article 52), la loi sur la santé publique (Article 35) et l’acte fédéral № 143-FZ sur l’état civil des citoyens (Disposition 5 Article 16). Seules les indications médicales spécifiques permettent à un couple familiale de faire appel à une mère porteuse. L’état civil des patients ne porte pas d’importance ici, ainsi même les parents célibataires sont en mesure de faire recours à une mère porteuse en Russie. Les couples qui ne sont pas officiellement mariés sont également autorisé à débuter des programmes de maternité de substitution.

La citoyenneté des futurs parents ne joue aucun rôle non plus car les étrangers ont les même droits que les citoyens russes. Ce sont des femmes âgées de 20 à 35 ans (en Ukraine à 40 ans) qui sont autorisées à devenir mères porteuses. Elles doivent aussi avoir leur propre enfant, être en bonne santé somatique et physique et dirigiées par le pure désir d’aider autrui.

Avant de débuter un programme les furturs parents signent un accord avec la mère porteuse et concluent un contrat de prestations médicales. Apart le contrat avec la clinique, nous vous recommandons de conclure un accord spécial avec la mère porteuse qui encadrerai le type des relations entre les futurs parents et la mère porteuse, les obligations et les responsabilites des parties, l’ordre du paiement des recompenses à la mère porteuse etc. Il vaut mieux consulter les juristes qui se spécialisent dans le domaine du droit de reproduction afin de rédiger un contrat correctement.

Après la naissance de l’enfant la mère porteuse est obligée à donner son accord pour registrer les patients comme les parents officiels de l’enfant. Cet accord est signé à l’hôpital de maternité avant de la remise de la mère porteuse à la maison et signé aussi par le responsable du département de l’accouchement de l’hôpital. Les parents sont ensuite délivré de l’acte de naissance de leur enfant. La procédure de registration ne prend plus qu’un jour. Le nom de la mère porteuse n’est pas indiqué sur l’acte de naissance. En signant l’accord avec les parents intentionnels, la mère porteuse renonce à ses droits maternels à l’enfant. En 15 ans de pratique des programmes de maternité de substition la Russie n’a pas connu un cas où le mère porteuse aurait refuser de faire ses obligations et de rendre l’enfant à ses parents légitimes.

La clinique n’est responsable que pour le côtémédical du programme de maternité de substitution et donc n’a aucun rapport avec le côté légal de cette affaire. Nous vous recommandons de vous adresser dans une société spécialisée qui s’engage dans le support juridique des programmes de maternité de substitution.

Les parents célibataires

Certains juristes croient que seuls les couples mariés sont autorisés à faire recours à des mères porteuses. Pourtant, ce n’est pas correct. Toutes les indications médicales présentes, toute femme majeure a le droit de faire appel à une mère porteuse sans dépendance de son état civil.

La Russie est l’un des pays dont la loi défend le droit de toute femme de faire recours à une mère porteuse quelque soit son état civil. L’article 35 des principes de la législation sur la santé publique de la Fédération de la Russie statue que «chaque femme majeure de l’âge de fertilité a le droit de se faire inséminer artificiellement et se faire imlanter un embryon. L’insémination artificielle aussi bien que l’imlantation d’embryon se font dans un établissement médicale autorisé de réaliser des programmes pareils. Toutes les opérations sont mise en place avec l’accord écrit de la femme célibataire et les détails concernant les programmes sont tout à fait confidentiels».

Ainsi, l’état civil ne porte aucune importance quand on réalise des programme de PMA en Russie: la femme peut agir comme un patient célibataire et résoudre le problème de paternité plus tard. La seule condition dans la réalisation des programmes de PMA est l’âge du patient qui doit être majeure, i.e. avoir au moins 18 ans et «rester à l’âge de fertilité». Apparamment, sous l’âge de fertilité la loi comprend l’âge où la femme est capable de porter une grossesse physiquement. Pourtant, les derniers achèvement dans le domaine de PMA ont permis aux femmes de l’âgé assez avancé de devenir mère – ce qui distingue la Russie d’autres pays européens qui ont défini un âge terminal où une femme pourrait faire appel à des reproductologues.

Le refus des autorités de registrer l’enfant delivré par une mère porteuse doit être rapporté dans la Cour. La Russie a déjà connu des cas pareils qui ont été gagnés.

En été 2008 à Krasnodar (dans le sud de la Russie) uen femme de 45 ans, célibataire, a eu une fille délivrée par une mère porteuse. Les officiers de la Cour ont refusé de registrer la fille même si la patient avait présenté tous les accords signés par le mère porteuse. La Court a stipulé que selon la loi c’était le femme qui délivre l’enfant qui devait être rigistrée comme la mère de l’enfant. Pourtant, les autorités ont «proposé» à la patiente de venir à un compromis en «adoptant son propre enfant». La mère porteuse a suivi les recommandations des juristes de aller à la Cour. Mais le problème a été résolu avant la Court: les autorités de registration ont reconnu la patiente comme la mère de l’enfant.

Le fait est qu’aucune acte législative ne défend à des femmes non-mariés à faire recours à une mère porteuse. Ainsi, nous pouvons constanter que les mères célibataires sont autorisées à débuter un programme de maternité de substition comme les couples mariés.
Il est vrai que le Code familiale de la Fédération de la Russie (Disposition 4 Article 41) de stipule pas que le couple faisant recours à une mère porteuse doit être marié de juro. Le mariage officiel c’est l’impératif pour registrer l’enfant à sa naissance. Pourtant, rien n’empêche à un couple non-marié de débuter un programme de GPA sans se marier. De toute façon, il n’y a pas de loi qui obligerait une personne à se marier..

Les indications

Ce sont les dispositions de l’ordre 67 du ministère de la santé de la Fédération de la Russie sur l’usage des technologie de la procréation médicale assistée qui encadrent les indications pour faire appel à une mère porteuse.La liste est assez longue, pourtant voici les indications les plus répandues:

  • l’absence de l’utérus;
  • la déformation de la cavité ou du col de l’utérus;
  • les synéchies de la cavité utérine qui ne sont pas possibles à traiter;
  • les maladies somatiques et pshychiques qui pourraient empêcher de porter une grossesse;
  • la conception succesive d’embryons de basse qualité dont le transfert n’a pas mené à une grossesse.

La position sociale n’est pas considérée comme une raison pour faire recours à une mère porteuse.

L’examen médical

Tous les examens médicaux peuvent être faits dans notre clinique dans le plus bref délai. Nos spécialistes reconnaient également les résultats des analyses faites dans d’autres établissements médicaux.

Les examens à prendre pour la mère porteuse:

  • la groupe sanguin et le rhésus facteur;
  • l’examen du généraliste et son avis sur l’état de la santé (valable pendant un an);
  • l’examen et l’avis du pshychiatre  (à une seule reprise);
  • l’examen génético-médical – l’examen clinico-généalogique, le caryogramme et d’autres paramètres;
  • l’examen gynécologique;
  • l’examen général de l’urine ;
  • l’échographie (valable pendant un an);
  • la fluorographie (valable pendant un an);
  • l’examen clinique et biologique sanguin et l’analyse de coagulabilité  du sang avant chaque tentative d’induction de superovulation;
  • l’examen sanguin de la Syphilis, du VIH, de la Hépatite B et C (valable pendant 3 mois);
  • les analyses de la microflore de l’urètre et de la chaîne cervicale;
  • les tests de la blennorragie, de la chlamydia, de l’herpès génital, de l’uréaplasma, de la mycoplasmose, de la cytomégalie (valable pendant 6 mois);
  • l’examen cervical.

Les examens pour les patients:

Tous les examens médicaux peuvent être faits dans notre clinique dans le plus bref délai. Nos spécialistes reconnaient également les résultats des analyses faites dans d’autres établissements médicaux.

Pour la femme obligatoire:

  • l’examen gynécologique général et spécial;
  • l’écographie du petit bassin;
  • la détermination du groupe sanguin et du rhésus facteur;
  • l’examen sanguin clinique y compris le temps de coagulabilité (valable pendant un mois);
  • l’examen sanguin de la Syphilis, du VIH, de la Hépatite B et C (valable pendant 3 mois);
  • les analyses de la microflore de l’urètre et de la chaîne cervicale (avant chaque tentative d’induction de superovulation);
  • l’avis du généraliste sur l’état de la santé et la persmission de porter une grossesse.

par des indications:

  • l’examen de l’utérus et des trompes de Fallope (l’hystérosalpingographie et la laparoscopie);
  • la biopsie endométriale;
  • l’examen bactériologique de l’urètre et de la chaîne cervicale;
  • l’examen cervicale;
  • les examens sanguins de la FSH, LH, Е_2, prolactine, T, Cortisol, P, Т_3, Т_4, la thyréostimuline (TSH), somatropine;
  • la recherche des anticorps  anti-spermes et anti-phospholipides;
  • l’examen des infections (la chlamydia, l’uro- et mycoplasmosis, l’herpès, la cytomégalie, la taxoplasmose, la roséole);
  • les avis d’autres spécialistes (par des indications).

Dans le cas où le programme de maternité de substituion se déroule avec don d’ovocytes, la patente n’a besoin que de l’avis du médecin sur l’état de sa santé et la permission de faire appel à une donneuse d’ovocytes.

Les indications pour un don d’ovocytes:

L’appel à une donneuse d’ovocytes est autorisé dans les cas de:

  • l’absence d’ovocytes provoquée par la ménopause naturelle, par le syndrome de l’épuisement précoce des ovaires, les conséquences de l’ovariectomie, de la radio- et chimiothérapie et des anomalies du développement (diagenèse des gonades, syndrome de Turner et d’autres);
  • l’infériorité fonctionale des ovaires chez la femme avec des maladies héréditaires reliées au sexe (le gémophilie, la myodystrophie Duchenne, l’ichthyose lié au chromosome X, l’amyotrophie Charcot - Marie -Tooth et d’autres);
  • des échecs des tentatives FIV à cause de la réponse insuffisante des ovaires à l’induction de la superovulation, la conception répététive des embryons de basse qualité dont le transfert n’a pas abouti à une grossesse).

L’examen médical pour l’homme

obligatoire:

  • l’examen sanguin de la Syphilis, du VIH, de la Hépatite B et C (valable pendant 3 mois);
  • le spermogramme.

par indications:

  • la détermination du rhésus facteur;
  • la consultation de l’andrologue;
  • l’examen des infections (la chlamydia, l’uro- et mycoplasmosis, l’herpès, la cytomégalie);

Pour les personnes qui ont plus de 35 ans la consulation génético-médicale est nécessaire.

Les étapes d’un programme de maternité de substitution:

  • la sélection de la mère porteuse;
  • la synchronisation des cycles menstruels de la mère porteuse et de la donneuse d’ovocytes;
  • l’induction de la superovulation;
  • le monitorage de la folliculogénèse et du développement de l’endomètre;
  • la ponction des follicules des ovaires;
  • le prélèvement de sperme;
  • la fécondation des ovocytes des la donneuse et la culture des embryons in vitro;
  • le transfert d’embryons dans la cavité utérine de la mère porteuse;
  • le soutien hormonal de la phase de la lutéine lors de la stimulation;
  • la diagnostique de l’accouchement prématuré;
  • la surveillance de la grossesse de la mère porteuse.

La sélection de la mère porteuse

La clinique dispose sa propre banque de mères porteuses qui ont déjà parcouru l’examen nécessaire selon les dispositions de l’ordre 67 du ministère de la santé de la Fédération de la Russie. Toutes les candidates ont été approuvées par les spécialistes et sont prêtes à prendre part dans des programmes de don d’ovocytes. Il n’existe pas de liste d’attente, nous sommes prêts à débuter votre programme de maternité de substitution tout de suite. Parfois, les patients préfèrent que leurs proches ou amies deviennent des mère porteuses.

La synchronisation des cycles menstruels de la mère porteuse et de la donneuse d’ovocytes

Les cycles sont synchronisés afin d’effectuer le premier essai de transfert d’embryons frais (sans cryoconservation) – ce qui permet d’augmenter la chance d’arriver à une grossesse dès la première tentative.

L’induction de la superovulation

Afin d’augmenterles chances de fécondation, les patientes prennent des médicaments hormonaux qui stimulent la folliculogénèse. Grâce à ces médicaments, les ovaires d’une femme produisent plus qu’un seul ovocyte. Seuls les médicaments qui ont été officiellement régistrés pour être utilisés en Russie peuvent être prescrits pour la stimulation ovarienne. La sélection du schéma de la stimulation, des médicaments en cours, la correction des doses et les changements dans le protocol de l’induction sont faits par le médecin de la clinique sur la base individuelle selon les indications médicales.

Normalement la stimuation est mise en place dès 2-3 jours du cycle menstruel et dure 10-12 jours (le protocol court) soit dès 21 jour (le protocol long). Les groupes suivants de médicaments sont habituellement utilisés lors de la stimulation: les modulateurs sélectifs du récepteur des estrogènes (SERM); les gonadotrophines (gonadotrophine ménopausique (HMG), hormone folliculostimulante (FSH), la FSH recombinante, l'hormone lutéinisante recombinante (r-hLH), la choriogonadotropine (HCG)); les agonistes de la « gonadotropin-releasing hormone » (a-GnRH); les antagonistes de la « gonadotropin-releasing hormone » (ante-GnRH).

Le monitorage de la folliculogénèse et du développement de l’endomètre

Lors de la stimulation les médecins font le monitorage ultrason et hormonal régulier. Cette procédure permet d’estimer la réponse des ovaires à la stimulation, de définir le nombre de follicules, leur taux d’accroissement, de corriger le schéma de stimulation au cas du besoin et de choisir le moment optimal pour injecter hCG – le médicament qui mène au mûrissement terminal des ovocytes.

L’échographie est la méthode principale du contrôle dynamique du développement des follicules et de l’endomètre lors de la période de la stimulation. L’échographie permet de définir me nombre de follicules chez la donneuse, mesurer leur diamètre (se basant sur la somme des deux dimensions) et estimer l’épaisseur de l’endomètre de la patiente.

Le monitoring hormonal se fait afin d’estimer la concentration d’estradiole (Е_2) et de progestérone dans le sang et de compléter les résultats de l’échographie estimants les taux du mûrissement des follicules.

Les critères de la terminaison de la superovulation et de la prescription de la hCG

On admet qu’un follicule est à maturité quand il a atteint 17 mm de diamètre. On mesure également l’épaisseur de l’endomètre, celle-ci doit  atteindre au moins 8 mm. L’activitié de la  stéroïdogenèse permet de mesurer la maturité des follicules aussi.

La ponction des follicules et le prélèvement des ovocytes

La ponction des follicules des ovaires et le prélèvement des ovocytes se font 32-40 heures après l’injection de la hormone hCG. L’opération est effectuée dans un centre ambulatoire habituellement par l’insertion d’une mince aiguille contrôlée par l’échographie transvaginale sous l’anesthésie générale. Dans les cas où il est impossible d’effectuer la ponction transvaginale (par exemple, la disposition atypique des ovaires), les ovocytes peuvent être prélevés par la laparoscopie. La ponction ne dure plus de 15-20 minutes et ne présente pas de risque pour la santé de la patiente. Après l’opération la donneuse reste dans une chambre postopérationelle pendant 1,5-2 heures sous la surveillance du personnel de la clinique. Après sa convalescence, la donneuse est remise à la maison.  

Le prélèvement et la registration de sperme pour effectuer la FIV

Dans le cadre des programmes FIV c’est le sperme du mari ou du donneur qui est utilisé. Le recueil nécessite un délai d’abstinence sexuelle (absence d’éjaculation) de 3 à 5 jours.

Le prélèvement se fait au laboratoire dans une pièce réservée à cet effet. L’échantillon de sperme peut être congelé et gardé dans la cryobanque de la clinique afin d’être utilisé plus tard.

La fécondation des ovocytes et la culture in vitro des embryons

La liquide folliculaire prélevée suite à la ponction des ovaires est placée dans une boîte de Petri. L’aspirant est obsesrvé sous le microscope afin d’estimer la qualité des ovocytes prélevés. Puis les ovocytes ont mis dans un milieu de culture. La boîte avec les ovocytes est placée dans un incubateur avec un milieu très spécifique semblable à celui de l’utérus.

Les spermatozoïdes natifs et cryoconservés sont lavés du plasma séminal. La fraction des spermatozoïdes les plus vifs se sépare d’autres spermatozoïdes . Aujourd’hui il existe 2 techniques principales du traitement de sperme: la technique de filtration centrifuge et la technique de centrifugation en gradient de densité.

Dans la cas où la qualité du sperme n’est pas très haute, les médecins récommendent d’effectuer l’ICSI (l'injection intracytoplasmique de spermatozoïdes  par un manipulateur spécial) qui permet de féconder l’ovocyte même s’il n’y a pas beaucoup de spermatozoïdes de haute viabilité.

Habituellement les médecins peuvent voir si la conception a eu lieu 12-8 heures après la procédure, car le pronucléus mâle et le pronucléus femelle sont bien visualisés. Les zygotes sont après placés dans un autre milieu de culture où les embryons sont cultivés de 2 à 5 jours.

Le transfert d’embryons dans la cavité de l’utérus de la mère porteuse

Le transfert d’embryons dans la cavité utérine peut être effectué dans ses états différents: à partir du stade du zigote jusqu’au stadet du blastocyste qui se forme au 5ième -6ième jour après la fécondation.

Le nombre d’embryons recommandé pour le transfert ne doit être plus que 3. Pourtant, les médecins de notre clinique recommandent de ne transférer que 2 embryons de bonne qualité. Mais si les patients le veulent, les spécialistes pourront transférer 3 emrbyons. Pourtant, la chance du succès de son imlantation sera beaucoup plus basse. Les embryons sont transferts par des cathéters spéciaux qui sont inserrés dans la cavité utérine à travers la chaîne cervicale. Cette procédure se fait sans douleur et est effectué dans un centre ambulatoire.

Dans le cas de l’occlusion cervicale le transfert peut être effectué à travers le mur de l’utérus (le transfert trans-myométrial). L’aiguille munie d'un mandrin peut être inserrée par la voie transvaginale, tranabdominale ou transurétrale. Afin d’augmenter les taux d’implantation, les soi-disant assisted hatching (éclosion assistée) – c’est une technique qui consiste à amincir artificiellement l’enveloppe de l’embryon avant le transfert.

Pour augmenter les taux de grossesse les médecins recommandent rester dans l’hôpital pendant 3-5 jours après le transfert.

Le soutien hormonal de la phase de la lutéine lors de la stimulation

Le soutien hormonal de la phase de la lutéine du cycle menstruel est effectué avec des médicaments tels que la progestérone ou ses analogues. S’il n’y a pas de risque de l’hyperstimulation des ovaires le cours du traitement peut être rajouté par la hormone hCG qui est prescrite le jour du transfert et puis tous les 2 ou 4 jours individuellement.

La diagnostique des premières étapes de la grossesse

Les premiers tests de B-hCG concentration dans le sang ou l’urine se font au 12-16ième jours après le transfert déjà. L’échographie peut être faite dès le 21 jour après la transfert.

Le suivi de la grossesse de la mère porteuse

Le déroulement de la grossesse achevée suite à un programme FIV est assez particulier. Ainsi, le suivi de la grossesse doit être personalisé. Notre clinique se spécilise en tels programmes du moment de la conception jusqu’à l’accouchement. Vous pouvez acquérir des plans de suivi de la grossesse pour un trimestre ou bien pour toute la période de la grossesse.

Vers le début

Vous allez devenir parents avec notre aide!

Demander une question

Voir le médecin